mercredi 20 septembre 2017

Mon expérience, mes conseils #2 : prendre une année sabbatique !

Helloooo ! 

J'espère que vous allez tous très bien ! Aujourd'hui, je reviens vers vous pour partager l'une de mes expériences : prendre une année sabbatique ! 



 Vous n'êtes pas sans savoir que j'ai pris après le bac, une année de recul, de pause, appelée-là comme vous le souhaitez. Je vais vous en expliquer les raisons, ce que ça m'a apporté, les avantages et les inconvénients et l'après. Et enfin, suite à mon expérience, je vous donnerais mes conseils pour toutes celles et ceux qui songent à prendre une année de pause !

  • Mon expérience
  1. Pourquoi ai-je pris une année sabbatique ? Je vais être honnête, je ne l'ai pas choisi. J'ai toujours aimé les cours, y aller, écouter, apprendre, faire des fiches. Pour moi et je le pense toujours, les études sont bien trop importantes pour les laisser tomber. Pour vous expliquer tout depuis le début : je voulais aller en fac d'Histoire à Nantes dans le but de devenir professeur des écoles. Mais la réalité m'a rattrapée : Il faut en avoir les moyens. Ce n'est pas la fac en soi qui est cher mais les à côtés, l'appart', les charges, la nourriture, l'essence et l'assurance de la voiture ... Et puis mes parents n'étaient pas rassurés à l'idée de me laisser seule dans une grande ville avec tout ce qui ce passe. Donc je n'ai pas pu y aller. Mais comme arrêter les études (car je n'avait aucune autre idée) m'était impossible, j'ai écouté mon père qui voulait que je fasse assistante sociale. J'ai passé le concours d'entrée que j'ai obtenue début septembre 2016 mais au dernier moment, pas de bourse. J'ai pris ça comme un signe du destin : je devais faire ce dont j'avais vraiment envie (car je n'étais pas du tout intéressée par cette voie, je l'avais choisi "par défaut" comme on dit). J'ai donc décidé de prendre du recul pour réfléchir.
  2. Qu'ai-je fait de mon année sabbatique ? Beaucoup prenne une année pour voyager, chose que j'aurais adoré mais je n'en avait absolument pas les moyens. J'ai donc travaillé avec mon père (qui est multi-services, je faisait donc du paysagisme, de la peinture, de la plomberie, de l'électricité ou encore des petits bricolages divers) chez ses clients. Il avait besoin d'un peu d'aide et j'étais libre. Bon, je vais être honnête : ce n'était absolument pas mon dada. Je suis une vraie nana, les travaux manuels sont pas du tout ma tasse de thé. Mais cela m'a beaucoup apporté étrangement, j'en parlerais tout à l'heure. Ensuite, j'ai créer mon blog et je me suis investi dessus, c'est devenu mon lien vers l'extérieur si je puis dire. Cela m'a beaucoup aidé à accepter le fait que cette année était un nouveau départ, une bonne chose donc et pas une punition. J'ai repris le sport car malgré mon boulot avec mon père (qui était souvent trèèèès physique), j'ai pris du poids, je me sentais mal dans mon corps et dans ma tête. Puis fin Avril et jusqu'à fin Août, j'ai commencé mon premier vrai boulot, je travaillais au rayon textile d'un supermarché. Je n'ai donc pas eu le temps de m'ennuyer.
  3. Qu'est-ce que cela m'a apporté ? Oh, cette année m'a beaucoup, beaucoup appris. J'ai tout d'abord grandi. Je ne suis plus la petite adolescente qui sortait du lycée, je n'ai pas peur de dire qu'aujourd'hui, je suis devenue adulte. Bien que je n'ai pas encore toutes les responsabilités qui vont avec, j'ai appris la valeur de l'argent, du travail, de la vie d'adulte. Je ne vous cache pas que j'ai crue avoir quarante ans cette année. Bosser, s'occuper de la maison (ménage, faire à manger ...). Maintenant je sais ce que c'est que s'occuper d'une maison et de sa famille (ma mère étant au travail, je l'ai un peu remplacée et c'était pas simple). Je ne prétend pas tout savoir mais je sais bien plus de choses qu'en sortant du lycée. J'ai beaucoup changé, j'ai été déçue par quelques amitiés (j'ai beaucoup appris là-dessus d'ailleurs, j'en parlerais dans un prochain article), j'ai été très en colère de devoir lâcher mes études pendant un an (dieu que c'était difficile de voir tout le monde aller en cours alors que je devais arracher des racines de bambous, soulever des sacs de branches très lourds où arracher du parquet dans une salle de bain, au début j'ai trouvé ça très injuste et puis j'ai compris que la vie en elle même n'est pas forcément juste et que c'est comme ça). Il m'a fallu prendre du recul pour comprendre que ce n'est pas si horrible et que c'était qu'une période. Un an dans une vie qu'est-ce que c'est ? Une éternité pour moi au début puis finalement c'est passé assez vite. J'ai gagné de l'argent aussi, j'ai d'ailleurs pu faire des cadeaux à Noël grâce à l'argent de poche que me donnait mon père en échange de mon aide sur ses chantiers. Et grâce à mon vrai travail, j'ai pu m'acheter une voiture et pleins de choses dont j'avais besoin (comme un bel appareil photo par exemple). J'ai repris confiance en moi grâce à du sport commencé en Janvier (mais à fond à partir de mars), j'ai perdu pas mal de poids d'ailleurs (plus de 7kg à ce jour !). Et j'ai crée mon blog, blog que j'ai alimenté au mieux et sur lequel j'ai pris beaucoup de plaisir ! Vous l'aurez donc compris, cette année m'a beaucoup servi, m'a fait grandir et m'a permis de reprendre confiance en moi. Et même si au début j'ai pris ça comme une punition, aujourd'hui je ne regrette absolument pas.
  • Mes conseils
  1. Se demander pourquoi prendre une année sabbatique. Si c'est pour glander durant une année, regarder H-24 des séries et sortir en boite tous les soirs c'est clairement non. Je pense que d'ailleurs vos parents ne seront pas trop d'accord ... Il faut avoir un but, que ce soit voyager (le meilleur des motifs je pense et si vous en avez les moyens, foncez !), si c'est pour prendre du recul car vous ne savez pas quoi faire ou que vous êtes épuisé, c'est une très bonne idée. Je conseil l'année sabbatique mais avec un but précis pas pour faire la fête ahahah.
  2. Quand faire une année sabbatique ? Je pense que la meilleure année pour le faire est après le bac et avant le début des études supérieures. Vous avez terminé une grande étape mais vous n'avez rien débuter. Et ça vous permet de réfléchir à un bon projet professionnel. Je pense d'ailleurs que votre réussite scolaire en sera même meilleure (ce n'est pas une généralité !)
  3. Je la déconseille à qui ? A tout ceux qui ne sont pas sûr d'être capable de reprendre après cette année de "césure". C'est d'ailleurs le gros a priori de cette démarche, beaucoup pensent qu'il est presque impossible de se remettre la tête dans les cours. Hors je le fais et avec motivation, et beaucoup sont pareils que moi. Je suis d'avis que tout est possible si on a la volonté et la motivation. Si clairement vous n'êtes pas sûr, réfléchissez-y à deux fois, c'est un conseil d'ami.
  4. Est-ce pénalisant ? Clairement, NON. N'écoutez surtout pas ceux qui vous disent le contraire. J'ai pu aisément reprendre APB et être prise à mon premier vœux. Vous pouvez même en faire un point fort sur votre CV, si vous argumentez parfaitement, cela peu être même un avantage. Cela prouvera votre maturité (car vous savez prendre du recul et prendre des décisions) et votre détermination (car vous voulez reprendre et vous vous en sentez parfaitement capable). Valorisez-la, n'ayez pas honte, bien au contraire ! 
Voilààààààà ! Je pense avoir fait le tour. Je suis désolé de la longueur mais j'avais beaucoup de choses à dire suite à mon expérience. Si vous avez d'autres questions, n'hésitez absolument pas, je serais ravie de vous répondre ! J'espère, du fond du cœur, vous avoir aidé et j'espère avoir brisé un peu les a priori d'une année sabbatique beaucoup trop perçu comme négative par les enseignants et la société en générale. Comme je vous l'ai dit, ce qu'elle m'a apporté est inestimable et je ne regrette en rien.


Je vous embrasse,

Gif : google

SHARE:

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Blogger templates by pipdig